Activateur de Voyages
Nous rejoindre sur Facebook

Energy trip vous conseille

<== cliquez sur l'image pour l'agrandir... 

 

Voir nos voyages au Kilimandjaro

 


1) La différence Energy Trip : au service de ses clients et de leur plaisir du voyage…

Pour tous nos circuits au Kilimandjaro, nous appliquons le motto « you get what you pay for » à tous les aspects de l’ascension, à commencer par l’encadrement. Les agences qui payent leur staff à leur juste valeur n’attirent pas seulement les meilleurs et les plus expérimentés des guides, elles peuvent leur demander des standards de services de très haut niveau. Notre partenaire « Nature Discovery » (voir notre rubrique « Energy Trip vous conseille ») est le seul à équiper ses porteurs de vêtements de pluie adaptés et de tapis de sol épais pour le couchage. Il n’y a pas d’autres compagnies qui proposent de telles mesures pour protéger la santé de ses porteurs et leur bien-être (voir "L'éthique du Trek").

 

Ce type d’équipement apporte une ENORME différence en faisant du mauvais temps un non-événement. Quand les porteurs des autres expéditions subissent le froid et la pluie, toutes sortes de problèmes apparaissent pour eux et pour l’expédition, ce qui bien sûr affecte énormément le trek. Nous nous assurons aussi que les porteurs ont les vêtements de montagne adaptés ainsi que le matériel adéquat pour dormir. En prenant soin de votre équipe, nous faisons en sorte d’également bien suivre les trekkers.

 

Nous avons également le meilleur matériel de camping qui soit et le remplaçons également plus souvent que les autres compagnies. Nous changeons nos tentes de montagnes tous les 2 ans, nos tentes ont chacune des zipps qui fonctionnent, sont plus étanches, etc… nous utilisons les meilleurs équipements disponibles, de larges tentes de mess et des tentes-toilettes en passant par les chaises et les tables de repas. Ce matériel haut de gamme vous assure un confort inégalé et une sécurité accrue.

Nous disposons également d’équipement de montagne en location, des sacs de couchage aux vestes Gore-Tex, des secondes couches chaudes jusqu’aux bâtons de trekking.

 

Au niveau de la sécurité, nous dotons nos expéditions de plusieurs équipements comme : des bouteilles d’oxygène médical, une tente hyperbare, un défibrillateur automatique portable, un pulse oxymeter (mesure du taux d’oxygène sanguin), des civières convertibles en brancards, des téléphones portables pour tous les guides, des radios VHF portable et des téléphones satellites pour les communications d’urgence.

Notre partenaire fait ce trek depuis plus de 15 ans et a ainsi noué des contacts personnels qui sont importants quand l’urgence est en jeu.

De plus, nos guides sont tous formés à l’assistance médicale d’urgence et tous nos guides en chef ont passé la Certification « Wilderness First Responders », une organisation internationale accréditant le sauvetage médical d’urgence.

Toutes ces choses passent inaperçues quand tout se passe bien durant le trek, mais comptent énormément si quelque chose tourne mal. Nous sommes pro-actifs au niveau de la sécurité et cela peut sauver des vies.

 

Enfin, la nourriture, aussi bien en quantité qu’en qualité, est au top niveau. Nous avons concocté nos propres menus pour chaque trek, et nous formons et entraînons chaque année nos cuisiniers à préparer une nourriture saine, abondante et goûteuse pour vous permettre de bien vivre votre trek. Vous serez vraiment surpris de voir ce que nos cuisiniers peuvent préparer en utilisant un simple réchaud à gaz… (nous n’utilisons ni charbon de bois ni barbecue de bois qui sont très nocifs pour l’environnement).

 

Il y a également un facteur intangible très important sur ce type de trek : tout notre staff travaille comme UNE équipe. Nous ne vous enverrons pas en montagne avec un guide free-lance qui engagera un melting-pot de porteurs en arrivant à la Porte d’entrée du Parc (comme le font beaucoup de compagnies)… nous vous assurons des guides formé à nos pratiques, au fait des attentes de nos trekkers, et qui travaillent avec des équipes qu’ils connaissent depuis des années…. ils travaillent tous en équipe car ils travaillent tous ensemble depuis longtemps.

haut de page

 

 

2) Votre condition physique pour le Kilimandjaro :

Aucune des routes que nous vous proposons pour atteindre le sommet du Kilimandjaro ne demande de compétences techniques particulières ni de matériel spécifique. Mais ce trek s’avère difficile pour bien des gens du fait de l’altitude élevée du sommet (5 896 m – 19 340 ft).

Il existe des dangers potentiels en cours de route, chutes de pierres, portions escarpées, météo changeante et haute altitude (Mal Aigu des Montagnes). Vous devez prendre en compte ces dangers et vous préparer en conséquence du mieux possible.

Suite à votre inscription, vous recevrez notre Guide de Préparation spécifique à l’Ascension du Kilimandjaro, n’hésitez pas à le consulter en détail et à nous contacter pour toute question.

 

L’hébergement sur le trek :

Les treks par les voies Machame et Lemosho Glades sont des treks de campements. Vous dormirez dans des tentes d’expéditions (voir ci-dessous), les repas, eux, seront pris dans une vaste tente-mess (le lunch sera pris à l’extérieur en plein air si le temps le permet). Le groupe trekker/guides/porteurs voyagera en auto-suffisance, tout le matériel nécessaire à l’expédition étant acheminé par les porteurs. Vous porterez seulement votre sac pour la journée avec les affaires nécessaires (listées dans le Guide de Préparation à l’Ascension du Kilimandjaro).

 

Les repas sont préparés par notre équipe avec des réchauds à gaz. Aucun feu de camp n’est permis. Le campement est établi est démonté à chaque étape, un coup de main à l’équipe en charge est toujours apprécié et contribue à une excellente ambiance sur le trek.

 

Prépération physique :

Faire du trekking en haute altitude est nettement plus difficile qu’en moyenne montagne. Nous vous recommandons pour votre plaisir et votre succès d’être en excellente condition physique.

Il est délicat de donner une « recette » pour l’entraînement à l’ascension du Kilimandjaro, chacun réagissant différemment à l’altitude (et vous n’aurez sans doute pas l’occasion de vous tester en haute montagne avant). Mais généralement, la meilleure méthode d’entraînement reste d’imiter ce que vous ferez sur ces pentes de 10à 40 degrés : partez randonner en montée et en descente et prenez du plaisir.

Faites des randonnées longues à allure rapide. Cela améliorera votre niveau général et votre endurance aérobie. Bien sûr, vous ne grimperez jamais sur le Kilimandjaro à allure rapide, mais de longues et intenses randonnées avant seront un parfait entraînement.

Idéalement, votre routine d’entraînement devra comporter des périodes de travail aérobie, de force et d’endurance. Soyez régulier dans l’entraînement mais attention à ne pas en faire trop : une progression trop rapide est source de surentraînement et de blessures.

 

Les gens s’interrogent souvent sur la meilleure manière de se préparer et demandent souvent des informations spécifiques à ce propos. Les lignes directrices de notre Guide de Préparation à l’Ascension du Kilimandjaro viennent de notre expérience personnelle, des recommandations des trekkers et des différentes ascensions réalisées à ce jour. Il est important de souligner que des trekkers ont atteint le sommet avec à la base, une très petite expérience du trek, quand d’autres très affûtés physiquement ont souffert de la haute altitude et n’ont pas réussi à relever leur défi.

 

Cette partie vous sera envoyé en même temps que votre carnet de Voyage et devra nous être retournée signée avant le départ.

haut de page

 

 

3) L’acclimatation : le secret du Kilimandjaro…

Cela n’est un secret pour personne, l’acclimatation joue un rôle capital pour réussir votre ascension du toit de l’Afrique. N’oubliez pas que sur les 25 000 personnes qui « tentent » le Kili chaque année, seulement la moitié parvient au sommet ! Et malheureusement 25 personnes perdent la vie durant l’ascension (embolie pulmonaire, cérébrale …) : 1 mort pour mille tentatives, le chiffre est élevé.

De plus, ce qui n’apparaît pas dans ces chiffres, ce sont les décès des équipes locales (porteurs et guides), qui doivent également s’acclimater à l’altitude. Le retour en plaine, qui dure parfois quelques jours, impose un nouveau processus d’acclimatation, d’autant plus délicat que les trekkers « pressés » imposent économiquement une montée rapide au sommet.

 

Quand on sait qu’il faut normalement entre 8 à 10 jours pour que l’acclimatation nécessaire à l’ascension du Kilimandjaro se fasse, en chemin avec des haltes-palliers tous les 1 000 mètres, on comprend mieux les raisons du taux de réussite (ou d’échec) de50%...

L’importance d’avoir un guide parfaitement entraîné à être pro-actif sur le MAM (Mal Aigu des Montagnes ou AMS : Acute Mountain Sickness) prend là tout son sens, comme d’avoir tout l’équipement médical et matériel d’évacuation nécessaire sur cette ascension.

 

Notre taux de réussite sur l’ascension du Kilimandjaro est de l’ordre de +/- 90% chances, l’acclimatation progressive et anticipée avec le trek sur le Mont Meru nous permettant d’allier sécurité et fort pourcentage de réussite pour le plaisir de nos clients-trekkers.

Chez Energy trip, nous avons choisi de vous proposer un séjour idéal pour réussir votre ascension du Kilimandjaro, tout en découvrant quelques autres des secrets de cette Afrique qui fait tant rêver. Entre deux journées de visites dans un village local et dans le Parc National d’Arusha pour vous détendre et profiter, nous vous proposons un premier trek de 4 jours sur le Mont Meru.

Viendra ensuite le moment fort de votre voyage, l’ascension du toit de l’Afrique. Vous finirez cette belle expédition par un safari de 4 jours dans le Serengeti et le Ngorongoro, l’effervescence animale dans toute sa splendeur.

Une approche définitivement axée sur la sécurité et la découverte, la philosophie d’Energy Trip est respectée à la lettre.

haut de page

 

 

4) Le Mont Meru : trek d’acclimatation idéal…

Bien qu’il soit souvent ignoré en faveur de son grand frère le Kilimandjaro, le Mont Meru est vraiment un paradis pour les randonneurs. Ce volcan massif domine la ville d’Arusha du haut de ses 3 000 mètres. Cette montagne a subi une violente explosion par le passé, explosion qui a laissé des falaises à pics en forme d’un U gigantesque faisant face au Kilimandjaro. Le cratère fait aujourd’hui figure d’amphithéâtre naturel, à plusieurs centaines de mètres sous le sommet.

Le sommet rocailleux se trouve à l’extrême ouest de l’arête sommitale et s’élance dans le ciel jusqu’à l’altitude de 4 566 mètres (14 979 pieds). De ce sommet, vous pouvez apercevoir le Kilimandjaro dans toute sa splendeur, depuis le point le plus élevé où il soit possible d’être…

Il n’y a pas de point de vue plus unique pour contempler le toit de l’Afrique, à environ 80 kilomètres au nord-est.

 

Le chemin qui mène au sommet suit la partie nord de l’amphithéâtre naturel du cratère. Le sentier longe la crête, et au-dessus du « Saddle » (entre le sommet et ce qu’on appelle le Petit Meru à 3 820 mètres), la route est assez facile, avec néanmoins quelques parties de pierriers à franchir dans des endroits escarpés.

Au sommet, la falaise plonge de quelques 1 200 mètres jusqu’au cratère. L’ascension finale est vraiment ardue, à cause de la pente raide et de l’altitude, et nous recommandons aux seuls très bons randonneurs de grimper jusqu’au sommet.

Ce qui rend ce trek si spécial, c’est la possibilité d’apercevoir nombre d’animaux au pied de l’ascension. En effet, la partie basse du sentier court à travers la forêt au pied du cratère du Meru, et vous aurez de grandes chances de croiser la faune locale. Cette partie pouvant s’avérer potentiellement risquée, un ranger armé vous accompagnera tout du long, sachant que le plus grand danger est représenté par les buffles et les éléphants.

Vous aurez ainsi peut être la chance de voir girafes, éléphants, phacochères, guibs harnachés, kobs defassa, dik-dik, babouins, colobes guéréza, ou grivets. Et certainement des traces de léopards, civettes ou servals.

Les oiseaux ne sont pas en reste, avec le Lac Momella tout proche, attirant par milliers les espèces migratrices européennes et africaines.

 

Sur les 4 jours que dure le trek, le temps est réparti de manière idéale pour éviter une dernière journée de 12 à 17 heures de marche : vous pourrez partir un peu plus tard vers le sommet et prendre votre temps pour la redescente jusqu’au premier refuge (Miriakamba) pour la nuit (voir notre Carnet de Route dans le voyage « Meru, Kilimandjaro et Serengeti ».

 

L’avis d’Energy Trip sur le trek au Mont Meru :

Gravir le Kilimandjaro en 6 jours, sans préparation initiale progressive, c’est aller à l’échec et s’avère potentiellement dangereux.

L’acclimatation joue en effet un rôle prépondérant, voire sécuritaire pour votre future ascension du toit de l’Afrique, et nous pensons qu’il n’est pas raisonnable de tenter une telle expérience sans y être parfaitement préparé et acclimaté.

N’oubliez pas que les chances de réussite au « Kili » sont généralement d’1 sur 2 ! 50% de réussite… qui montent à 85 voire 90% selon votre acclimatation initiale.

Nous avons choisi ce trek au Mont Meru pour commencer votre acclimatation à l’altitude et ainsi augmenter grandement vos chances d’atteindre le sommet du Kilimandjaro dans quelques jours. C’est définitivement la préparation idéale pour réussir votre ascension !

haut de page

 

 

5) Le Kilimandjaro par la voie Lemosho Glades : hors des sentiers battus…

La route des Lemosho Glades est celle qui est la moins empruntée pour aller au Kilimandjaro, principalement de par son départ plus reculé que les autres routes et également par la route pour rejoindre le trailhead (sentier principal).

Ce sentier étant situé à une altitude conséquente, le départ du trek se fait en douceur et facilement. Vous pourrez peut être croiser des buffles et des éléphants sur cette première journée à travers la forêt, la canopée couvrant parfois le chemin donnant une ambiance très primitive à ce début de trek.

Le sentier s’élève jusqu’au flanc Est du plateau de Shira où la randonnée traversante est réputée pour être une des plus belles et étonnantes d’Afrique.

 

Le 4ème jour, le sentier rejoint celui de la voie Machame au point connu sous le nom de Lava Tower, une résurgence volcanique façonnée par les vents et l’érosion et qui se tient à quelques centaines de pieds au-dessus du col. La route continue le long des crêtes et des vallées du circuit Sud avec les massifs glaciers du Kibo vous faisant face au Nord.

La route rejoint alors le Barafu camp à 4 670 mètres d’altitude (15 300 ft) d’où vous partirez pour un trek en direction du cratère et pour une expérience intime avec les glaciers du Kilimandjaro. Cette partie du trek est une expérience à part entière, très différente des autres routes empruntées.

 

Le Crater Camp est établit sur un sable doux et de leur tente, les trekkers n’aperçoivent que les imposantes parois glacées du glacier Furtwangler. Le lendemain matin, le trek jusqu’au sommet ne prend qu’une à deux heures.

Ce trek par la voie Lemosho Glades est entièrement réalisé de jour, il a été construit pour vous permettre un contact direct avec la nature et de gravir le Kilimandjaro d’une manière que bien peu d’autres personnes ont l’opportunité de réaliser.

Les longues journées de trek des jours 4, 5 et 6 sont difficiles mais vraiment idéales pour l’acclimatation à l’altitude et la réussite de votre ascension. La spectaculaire marche sur le plateau de Shira et la beauté du campement dans le cratère en font un trek vraiment unique.

Il n’y a pas de refuges sur cette voie, les nuits se font sous tentes de montagnes et les repas sous la tente-mess (voir ci-dessous).

haut de page

 

 

6) Le Kilimandjaro par la voie Machame : le secret de la réputation du Kili…

La route Machame (Whisky Route) est la plus appréciée des routes de campements du Kilimandjaro. C’est une combinaison rude de routes qui commence à travers la forêt luxuriante au village de Machame, sur le versant sud-ouest de la montagne, et qui, pendant 7 jours, grimpe au-delà des crêtes du fameux plateau de Shira, redescend dans la sublime vallée de Great Barranco, serpente à travers les déserts alpins du massif du Kibo jusqu’à atteindre le campement Barafu.

 

Le trek jusqu’au sommet est fait de nuit, passant par la couronne du cratère et les raides pentes d’éboulis du flanc est-sud-est, face à la route Mweka. Le sentier traverse des paysages superbes qui changent chaque jour.

Cette route se fait en 7 jours, incluant une journée au campement de la Karanga Valley à 3 950 mètres (13 000 ft), entre les campements Barranco et Barafu. L’avantage est de partagée en deux cette longue journée de trek entre les deux campements et surtout de favoriser votre acclimatation à l’altitude, point clé du succès de votre ascension.

 

Cette route est un véritable challenge physique pour tout trekker, la dernière portion de nuit pour atteindre le sommet demande une bonne résistance physique et mentale. Mais comme pour toute épreuve difficile que l’on s’impose, la réussite n’en est que plus grande et plus appréciée.

Il n’y a pas de refuges le long de la route, comme pour la voie Lemosho Galdes, les nuits se font sous des tentes de montagnes et les repas sous la tente-mess (voir ci-dessous).

haut de page

 

 

7) Les Porteurs et l’équipement :

Nous portons une attention très particulière au bien-être de nos porteurs et à leur équipement.

Chacun est équipé de chaussures de treks adaptées, d’un bonnet et de gants chauds, ainsi que d’un sac de couchage de qualité. Si l’un de ces objets est manquant au départ du trek, le porteur n’est pas autorisé à partir. En outre, chacun est équipé d’un poncho épais pour la pluie.

 

De plus, pour les porteurs :

- nous fournissons des tentes avec sol pour les nuits,

- nous leur fournissons des tapis de sol épais et isolants pour les protéger du froid du sol pendant la nuit,

- nous avons une équipe dédiée de porteurs attachés chacun à une ou plusieurs tâches spécifiques qui sont vitales pour le succès de chaque ascension. Nous les payons avec des bonus de salaires pour ces tâches particulières,

- nous payons des bonus importants aux porteurs pour leur travail journalier,

- nous fournissons aux porteurs une nourriture saine et abondante (incluant viande, poisson, légumes frais et pain) et nous ne déduisons pas ces coûts de leurs salaires,

- nous prenons en charge les frais et soins médicaux des guides et porteurs, ainsi que les assurances de compensation,

- nous traitons nos porteurs comme n’importe lequel de nos trekkers quand ils sont malades ou blessés en montagne,

- nous payons notre staff leur salaire complets et leurs bonus même s’ils doivent descendre avant la fin du trek avec un trekker malade ou si eux-mêmes sont malades,

- nous procurons à nos porteurs des lunettes de glacier au Crater Camp pour les protéger de la réverbération,

 

- nous adhérons annuellement au KPAP – Kilimandjaro Porter’s Assistance Project. Basé à Moshi, au pied du Kilimandjaro, c’est une organisation tanzanienne à but non lucratif créée pour améliorer les conditions de travail des porteurs. Nous suivons leurs recommandations et leur éthique et payons notre staff aux tarifs qu’ils recommandent,

- nous respectons les charges maximum indiquées par le Par cet le KPAP,

- nous n’envoyons jamais aucun porteur seul en montagne sans être accompagné d’au moins un guide certifié KINAPA et ayant avec lui un moyen de communication radio,

- nous fournissons un véhicule de transport depuis le village de Marangu (d’où viennent tous nos porteurs) jusqu’à la Porte du Parc, ainsi qu’au retour du trek,

 

- nous organisons une session annuelle d’entraînement professionnel aux premiers secours en conditions outdoor, incluant tous les coûts (transport, hébergement et nourriture) pour tous les guides et porteurs,

- nous organisons également une session annuelle d’entraînement professionnel pour nos cuisiniers, incluant tous les coûts (transport, hébergement et nourriture) durant la session,

- nous offrons aussi annuellement à nos guides et porteurs, des cours de langues étrangères.

haut de page

 

 

8) Les campements durant l’ascension :

Notre équipement de campement a été choisi pour vous offrir un confort moderne, adapté à une telle ascension :

- des tentes Trango 3:1 (une tente triple utilisée pour 2 personnes, ou 1 seule personne avec supplément), chacune avec un tapis de sol adapté couvrant à la fois le couloir d’entrée et la pièce centrale, permettant ainsi un nettoyage aisé et un stockage au sec de votre équipement tandis que l’eau, la boue et la poussière restent dehors.

- un large tapis de sol Grand Froid (closed cell-foam) pour chaque trekker.

- une grande tente-mess étanche pour les repas, avec fenêtres, sol et côtés amovibles quand le temps se met au très beau et au chaud. A la nuit tombée, la tente s’illumine de bougies. Cette tente est utilisée pour tous les repas : petit-déjeuner, lunch (en cas de mauvais temps) et dîner.

- des tables ainsi que de larges chaises en aluminium avec dossiers et accoudoirs pour les repas.

- des bacs pour le lavage des mains avant chaque repas, des bassines de lavage pour chaque trekker et des serviettes de toilette avant chaque repas.

- de l’eau chaude pour les gourdes des trekker avant chaque nuit.

- de larges tentes-toilettes pour les trekkers, équipées de WC portables sur une base stable (2 tentes pour 8 trekkers).

 

Et sur demande (location), vêtements et matériel de trekking : vêtement Gore-Tex, pulls et secondes couches chaudes, pulls de trek, etc…

haut de page