Activateur de Voyages
Nous rejoindre sur Facebook

Randonnée à ski dans le Padjelanta Lapon

Descriptif :

Un périple au-delà du cercle arctique, dans le Parc National de Padjelanta, joyau de Laponie.

Plateau d'altitude, cette magnifique région est située à l'ouest des montagnes alpines de Sarek et à l'est des hauts sommets de Norvège. Quand le temps est parfaitement clair, votre regard embrasse alors l'horizon depuis les pics de Sarek jusqu'aux barrières montagneuses de Norvège.

Le circuit s'étire sur environ 130 kilomètres, depuis Ritsem au nord-ouest pour rejoindre Kvikkjokk au sud-est. Tout le long du chemin de Padjelanta, des cabines d'hiver sont disposées, plaisants refuges qui vous accueilleront pour les nuits à venir.

Il vous faudra être attentifs et discrets, parfois un peu chanceux, durant ce périple, pour apercevoir les lagopèdes, renards des neiges et rennes qui peuplent ces contrées sauvages. Et les trekkers à la vue aiguisée ne manqueront pas de trouver des traces de wolferines (gloutons) ou de lynx, cet animal mythique du grand nord.

 

Ce raid à ski en Laponie suédoise étant très prisé, nous vous recommandons de réserver le plus tôt possible votre départ...

 

Les points forts :

  • 7 jours d’aventures à ski dans une des régions les plus sauvages de Suède,
  • la compagnie et les conseils de votre guide professionnel,
  • une immersion parfaite dans un environnement préservé,
  • la vie sauvage de Laponie, un vrai retour aux sources.

 

 

L’avis d’Energy Trip : notre philosophie...

Premier opus de nos circuits en ski cross-country en pays Lapon, celui-ci n'en est pas moins un magnifique voyage au coeur d'une des régions les plus sauvages de Suède.

Des journées simples, naturelles, rythmées par votre glisse sur la neige, les lunchs partagés au pied des montagnes et les nuits en refuges, sous des cieux parfois éclairés par les aurores boréales... Des efforts mais aussi des découvertes, pour votre plus grand bonheur.

A coup sûr, il sera dur de revenir à la civilisation…

 

 

Conseil Boutique :

Pour ce circuit Lapon, nous vous conseillons l'appareil photo Pentax K200D et son objectif 18-250, idéal pour ce voyage, et surtout les jumelles poids plume Wildlife 8x32 de la réputée marque Steiner.

 

 

 

Demandez votre carnet de route

Carnet de route

Votre voyage au jour le jour :

Déroulement du Séjour: 9 jours/ 8 nuits.

*Jour 1/ Arrivée à Jokkmokk...
Arrivée à l’aéroport de Lulea, vous êtes accueillis pour un transfert vers votre hébergement de Jokkmokk. La fin de journée est libre et s'avèrera idéale pour vous imprégner de l'ambiance de la Laponie et goûter aux spécialités lapones et pourquoi pas finir en soirée par une sortie en raquettes ou en moto-neige à la découverte des aurores boréales...
(selon ce que vous aurez choisi avec nous avant votre départ, n'hésitez pas à nous consulter pour choisir vos activités pour cette 1/2 journée).
Vous rejoindrez ensuite votre hôtel pour votre première nuit en terres lapones…
 
*Jour 2/ De Ritsem au lac Akkajaure en moto-neige.
Après le petit déjeuner copieux, vous ferez avec votre(vos) guide(s) le tri de l'équipement indispensable à emmener dans vos pulkas durant le raid, le surplus restera à Jokkmokk jusqu'à votre retour.
Puis deux petites heures de route jusqu'au village montagnard de Ritsem en plein coeur de l'héritage naturel mondial de Laponie. De là, vous partirez en moto-neige sur le grand lac Akkajaure d'où se fera le départ du raid à ski.
Pour cette première journée de randonnée nordique, les pulkas chargées d'équipement seront tractées directement jusqu'au refuge du soir. Vous aurez donc tout le loisir de vous dégourdir les jambes en étant allégés, sur un parcours limité à 12km.
Dîner et nuit au refuge, premières impressions et premières discussions passionnées ...
 
*Jour 3/ Låddejåkk, au coeur des montagnes.
Après un vrai petit-déjeuner de montagnard - porridge, pain, confiture, fromage et café - vous serez fin prêts au départ. La prochaine étape : le refuge de Låddejåkk situé à environ une vingtaine de kilomètres.
Tout le long du parcours, vous pourrez profiter de la vue sur les majestueuses montagnes environnantes et fixer sur vos appareils photos ces paysages enneigés.
Vers midi, ce sera le moment de prendre un lunch revigorant à base de soupe salée puis douce, de pain wasa, de fromage et de cookies pour le dessert : le vrai régal des montagnes.
Arrivée au refuge, installation et détente après cette belle journée de ski avant le dîner. Si le temps est clair, vous aurez certainement la chance d'apercevoir les aurores boréales typiques de la Laponie, lumières légendaires presque magiques qui explosent en cascades de verts, de bleus, de pourpre et de rouge...
                           
*Jour 4/ Stalo, le géant de Laponie.
La vie en montagne est simple : un réveil dans le calme d'une contrée sauvage,la journée commence par un bon petit-déjeuner. Et aujourd'hui c'est muësli et compote de myrtilles. Une fois vos paquetages faits, les thermos de la journée remplis, vous chaussez vos skis pour une nouvelle glisse au coeur des montagnes.
Après le lunch, le périple continuera en direction du refuge de Stalolukta  à environ une vingtaine de kilomètres. Stalo est le nom d'un géant et un mythe historique lapon très populaire.
Vous ne manquerez pas, durant la veillée du dîner de ce soir, de questionner votre guide à ce sujet, l'histoire en vaut la chandelle...
     
*Jour 5/ Tuottar, le lieu des vents.
Aujourd'hui, vous laisserez les montagnes derrière vous pour vous dirigez vers la forêt de bouleaux. Entre vous et les imposantes barrières, aucun obstacle, la vue est époustouflante et vraiment majestueuse !
Vous apercevrez peut être les élans paîtrent près des saules dispersés sur la lande, avant de rejoindre le refuge de Tuottar.
Comme à l'accoutumée, vous profiterez du reste de l'après-midi pour vous relaxer, rêver à votre aventure  avant de partager le dîner avec vos équipiers et de passer une douce nuit dans le silence de grand nord...
 
*Jour 6/ Såmmarlappa, sur les traces du lynx.
Après le petit-déjeuner, vous préparerez le refuge pour les futurs arrivants, comme c'est la tradition dans le grand nord ou en haute montagne. Nettoyage et rangement, du bois fendu pour le feu, tout est paré pour le départ.
La destination aujourd'hui est le refuge de Såmmarlappa à environ 22 km dans la vallée de Tarra. Et pour y aller, vous traverserez l'une des régions où le lynx, animal mythique, établit généralement sa résidence. Pentes montagneuses escarpées, ravins, forêt de bouleaux et pierriers de gros blocs sont les environnements préférés de ces discrets animaux sauvages.
Les plus chanceux et les plus observateurs découvriront peut être ses traces dans la neige fraîche, car voir un lynx reste l'un des exercices les plus difficiles qui soient dans l'observation de la vie sauvage. Mais la chance pourrait être de votre côté...
 
*Jour 7/ De Såmmarlappa au refuge de Njunjes.
Une fois rassasiés d'un bon petit déjeuner, skis au pieds, vous repartez pour glisser le long de la rivière de la vallée Tarra, bordée de forêt d'épicéas et de pins et des hautes montagnes environnantes.
Quelques 20 kilomètres plus loin, c'est le refuge de Njunjes où vous établirez le camp pour la nuit.
 
*Jour 8/ De Njunjes à Kvikkjokk, village montagnard.
Dernier petit-déjeuner de cette randonnée nordique à ski, il n'en sera pas moins agréable à prendre avant de rejoindre le charmant village de Kvikkjokk où vous attend le minibus qui vous ramènera à Jokkmokk et à l'hôtel qui vous accueillera pour votre dernière nuit en terres lapones.
 
*Jour 9/ Retour à la maison.
Vous prendrez votre dernier petit-déjeuner ensemble avant le transfert vers l'aéroport de Lulea et votre départ pour rentrer à la maison.
Au retour, la Laponie et ses paysages grandioses seront loin mais les souvenirs de ce superbe périple à ski resteront longtemps gravés dans votre mémoire...

 

Informations pratiques

Lieu et durée :      Séjour près de Jokkmokk en Suède (au delà du cercle arctique). L’hébergement en pension complète se fait sur 2 nuits en hôtel à Jokkmokk (première nuit et dernière nuit) et sur 6 nuits en cabines d’hiver durant le raid à ski. La durée complète est de 9 jours / 8 nuits.

Les vols de départ et de retour se font entre Paris et Lulea (Suède). Si vous souhaitez partir d’une autre ville ou d’un autre pays, contactez-nous par contact@energy-trip.com.

 

Niveau physique :

Ce raid en ski de randonnée nordique est accessible à tout un chacun en bonne condition physique. Parcours journaliers la plupart du temps modérés, avec quelques passages parfois physiquement exigeants.

 

Equipement : comme sur tous nos circuits hivernaux, une check-list vous sera fournie avant votre départ pour le grand nord.

Nous vous recommandons bien sûr de venir avec des vêtements chauds (sous-vêtements, chaussettes, sous-gants, pull en polaire), ainsi que vos vêtements de ski ou de rando (collants ou pantalons chauds et veste chaude coupe-vent, gants, bonnet ou passe-montagne, lunettes ou masque, petit sac à dos), sans oublier vos jumelles et votre appareil photo, les paysages traversés en valent vraiment la peine…

 

La Laponie Suédoise - La Culture Lapone - L'Or - Le Kuksa - Ski de randonnée nordique :

Laponie, région s'étendant dans le nord de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et sur la presqu'île de Kola en Russie. Sa superficie est d'environ 400 000 km2. La majeure partie de la Laponie se situe au nord ducercle polaire arctique. La partie occidentale est une région de fjords, de vallées encaissées, de glaciers et de montagnes, le sommet le plus haut — le mont Kebnekaise — culminant à 2 111 m en Laponie suédoise. Plus à l'est, se situe un plateau peu élevé, renfermant de nombreux marécages et lacs, le plus important étant le lac Inari, en Laponie finnoise. La région située à l'extrême Est est recouverte de toundra. Le climat est arctique et la végétation clairsemée, à l'exception du sud, planté de forêts denses. La Laponie détient de précieux gisements miniers, notamment du minerai de fer en Suède, du cuivre en Norvège, et du nickel et de l'apatite en Russie. La faune est essentiellement constituée de rennes, de loups, d'ours ainsi que d'oiseaux de terre et de mer. La pêche en mer et en rivière est très pratiquée dans la région. Des bateaux à vapeur fonctionnent sur certains des lacs et quelques ports sont libérés des glaces toute l'année.

La plupart des habitants de la Laponie sont des Sami (Lapons) parlant une langue d'origine finno-ougrienne connue aussi sous le nom de Sami.

Environ un tiers des Sami sont des nomades qui vivent l'hiver à l'intérieur des terres et l'été sur la côte. D'autres Sami vivent de façon permanente en différents endroits de la côte et des fjords, beaucoup se sont installés dans des villages à l'entrée des vallées ou sur des lacs poissonneux. Les Sami vivent essentiellement en Norvège, où ils sont appelés Finns. Leur activité principale est la garde des troupeaux de rennes dont ils tirent à la fois leur nourriture et leurs vêtements ; ce sont aussi des chasseurs et des pêcheurs. Les Sami ont été envahis par les Scandinaves au IXe siècle et par les Russes au XIe siècle. Entre le XIIIe et le XVIIe siècle, ils furent soumis à l'autorité suédoise.

Rovaniemi, qui compte 35 081 habitants, est le chef-lieu administratif de la Laponie. Les autres villes lapones sont Kemi, Tornio et Kemijärvi.

La culture lapone a reçu des influences de l’Est, de l’Ouest, du Nord et du Sud. Elle comprend des éléments des cultures same, finlandaise, suédoise, norvégienne, et même russe. L’époque des grands abattages des forêts et de la ruée vers l’or y ont ajouté du piment.

La vaste étendue de la Laponie fait que les différences culturelles y sont grandes. Dans l’ouest de la Laponie, l’étroite coopération interfrontalière séculaire avec la Suède a laissé sa marque dans les coutumes locales, dont nous pouvons citer le langage meän-kieli parlé des deux côtés de la frontière, les traditions de pêche et divers événements. Dans l’est de la Laponie, ce sont les travaux forestiers qui ont dicté les conditions de la vie. Les régions forestières inhabitées et les villages de Savukoski et de Salla rappellent encore les anciennes traditions d’abattage d’arbres. La culture same est l’une des caractéristiques les plus intéressantes du nord de la Laponie.

 

L’or !
La ruée vers l’or d’autrefois ajoute un côté fascinant à la culture lapone. L’orpaillage se faisait avec plus d’intensité au début des années 1900 et dans les années 1940. Cette activité économique est exercée encore aujourd’hui dans différentes parties de la Laponie.

La ruée vers l’or d’autrefois ajoute un côté fascinant à la culture lapone. L’orpaillage se faisait avec plus d’intensité au début des années 1900 et dans les années 1940. Cette activité économique est exercée encore aujourd’hui dans différentes parties de la Laponie. On peut s’initier à l’histoire et à la présence de l’orpaillage par exemple à Tankavaaran Kultakylä, Sodankylä, où se tient également en été le championnat de Finlande d’orpaillage. Tankavaara possède également un musée de l’or qui mérite bien la visite.

 

Kuksa, gobelet multiusages traditionnel fabriqué dans les loupes d’arbres, est l’un des objets utilitaires lapons les mieux connus.

Le Kuksa est plus commode dans la nature que les gobelets en porcelaine ou en métal
Le succès du kuksa est dû à ce qu’il est facile à utiliser, léger et solide. Les Lapons trouvent que le café a meilleur goût lorsqu’on le prend devant un feu de camp dans un kuksa et non dans un gobelet en porcelaine ou en papier. La porcelaine ou le métal chaud peuvent brûler les lèvres, ce qui n’est jamais le cas avec un kuksa en loupe d’arbre. Comme un kuksa est utilisé des centaines ou même des milliers de fois, c’est un objet très écologique qui permet d’éviter l’usage excessif des objets jetables.

De nombreuses croyances sont liées au kuksa dans la tradition lapone. Par exemple, il ne faut jamais le laver, car la chance pourrait alors disparaître. Il est toutefois permis de le rincer dans les eaux limpides d’un ruisseau de montagne. Si le kuksa tombe dans l’eau, il flotte.

Avant le premier emploi du kuksa :
Verser une larme de café, de cognac, etc., dans le kuksa de manière à en recouvrir le fond. Le tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre de façon que le liquide monte jusqu’au bord du gobelet sans qu’il déborde. Boire le liquide. Refaire la même chose dans le sens des aiguilles d’une montre et boire de nouveau le liquide. Remplir alors le kuksa avec la quantité désirée.
Instructions pour le nettoyage :  nettoyer le kuksa avec un torchon humide. C’est tout.

Source : Office du Tourisme de Laponie :  www.laplandfinland.com.

À l’origine, le ski était un moyen de déplacement utile pour la chasse dans les contrées nordiques. Les plus anciennes preuves de l’usage du ski ont été retrouvées sur la presqu’île de Kola. Des gravures rupestres datent de plus de 7000 ans ! En 1866, le Norvégien Sondre Norheim invente le virage télémark et devient le père du ski moderne. En 1888, Fridjof Nansen traverse le Groenland d’est en ouest. Il le démocratise et fait connaître cette pratique dans les autres pays européens : France, Autriche, etc.

Le ski de randonnée nordique ou «backcountry» est pratiqué en moyenne montagne, en région nordique, arctique. Il a été largement utilisé dans la course pour la conquête des pôles. À l’inverse du ski de fond qui se pratique sur des stades de neige et sur des terrains préparés et damés, le ski nordique se pratique en terrain vierge dans de grands espaces.
Ce moyen de déplacement est très utilisé dans les raids au long cours. C’est un formidable outil de découverte et d’exploration pour traverser les forêts, les prairies, les lacs gelés, les plateaux et vallons enneigés… C’est un ski de raid et de grande traversée. Il est cependant utilisable par le plus grand nombre car il ne requiert pas de véritable compétence technique comme par exemple le ski alpin, le ski de montagne ou encore le télémark.

Le ski de rando nordique, c’est le ski libre ! Il se pratique hors des traces. Le randonneur choisira un parcours balisé d’une journée ou un raid de plusieurs semaines suivant son niveau et ses envies. Toutefois, il est impératif de maîtriser l’orientation et de connaître la moyenne montagne en hiver. Pratiquant cette discipline en autonomie, le randonneur à ski nordique devra être équipé de matériel pour la sécurité et la survie.
La pulka (traîneau tracté par l’homme ou par le chien) peut être associée à la pratique de cette activité. En effet, elle permet de tirer une charge au lieu de la porter. Elle donne au randonneur une plus grande autonomie.

 

Pulka :

Jadis, pendant le long hiver lapon, on utilisait des rennes tractant des traîneaux en bois pour transporter familles, marchandises et habitations. La pulka, c’est le traîneau traditionnel utilisé lors des expéditions polaires. Elle peut être tractée par des chiens de traîneaux ou par des hommes.
Le traîneau d’origine lapone rend de grands services. En effet, la pulka apporte plus de confort que le sac à dos et à l’avantage de glisser sur la neige.
Son principal atout est de permettre au randonneur nordique d’être autonome dans les régions dépourvues d’approvisionnement. Il est plus aisé de tirer une charge sur la neige que de la porter !
Elle est principalement utilisée pour des raids nordiques de quelques jours à plusieurs semaines. La pulka permet de transporter de nombreuses affaires : tentes, duvet, affaires personnelles et vivres ! Une semaine de raid nordique équivaut à tracter une pulka de 30 à 40 Kg.
Certains modèles « loisirs » sont utilisés pour tracter des enfants lors de randonnées à la journée.
Autrefois en bois, les pulkas sont maintenant construites en polyester et fibres de verre. Elles sont solides, légères et facilement réparables. Lors de la progression, il peut arriver de renverser la pulka ou de la « frotter » contre des cailloux. Deux attaches devant la pulka permettent d’accrocher un brancard ou des cordes pour la traction.
Le haut de la pulka est recouvert d’une bâche permettant de protéger le matériel. Ce tissu est traité pour être déperlant.
L’utilisation du traîneau est limitée par les accidents de terrain. Avant de partir le randonneur nordique devra étudier le terrain afin d’éviter les dénivelés importants. La neige fraîche et profonde peut rendre la progression difficile.

Ski – pulka :
Le « tracteur » de pulka utilise le plus souvent des skis de randonnée nordique. Certains tirent le traîneau avec des skis de montagne ou de télémark. Le point commun à toutes ces pratiques est de devoir utiliser des peaux anti–recul. Les peaux de phoque sont indispensables pour la progression.

Le rangement de la pulka :
Lors du rangement , les poids doivent être bien répartis dans la pulka. Il faut la ranger rigoureusement et connaître parfaitement la place du matériel. Par mauvais temps, il est inutile de perdre du temps pour trouver la tente ou le réchaud dans le traîneau ! Un accès facile aux vivres de course et aux instruments de sécurité est indispensable ! Pour vous aider, charger légèrement le traîneau par l’arrière et n’empilez pas de matériel trop haut ce qui peut provoquer un manque de stabilité.

Brancard ou cordes ?
Pour tracter une pulka, le skieur de randonnée nordique peut choisir entre deux systèmes de traction :

- le brancard :
Certaines marques commercialisent des modèles pliants en fibre de verre. Très utiles pour tracter, ils permettent de stabiliser la pulka dans les dévers. Contrairement à des bras en « corde », la pulka reste derrière le skieur nordique lors des descentes ! Il y a des amortisseurs de chocs au niveau de l’attache ceinture. Ces « bras » légers sont attachés au harnais sur deux anneaux latéraux. L’utilisation de cette pulka, du harnais et du brancard permet de progresser aisément malgré les difficultés.

- les cordes :
Leurs utilisations sont très pratiques pour les terrains relativement plats. L’intérêt principal est de pouvoir s’en servir comme luge dans les descentes. En effet le randonneur nordique pourra détacher les cordes et s’asseoir sur la pulka pour dévaler les pentes sans devoir négocier la descente avec la pulka derrière soi. Lors de descentes à fort dénivelé, le skieur accrochera la corde à l’arrière de la pulka afin de la ralentir. On croisera les cordes pour assurer une traction régulière.

Le harnais :
Le brancard ou les cordes sont fixées sur le harnais du skieur. Le harnais est une ceinture large munie de 2 bretelles réglables croisées dans le dos.

 

source : www.skirandonnenordique.com.

 

haut de page

 

 

Tarifs : Ce raid à ski en Laponie suédoise étant très prisé, nous vous recommandons de réserver le plus tôt possible votre place...

 

Le prix TTC par personne est à partir de 2 480 €, départ depuis Paris. Pour un départ depuis une autre ville, un autre pays, nous consulter.

Les prix sont en Euros, TTC et susceptibles d’être modifiés sans préavis. Ils comprennent notamment les taxes aéroportuaires mais sont hors frais de dossier (+15€/personne). Voir ci-dessous « Le prix comprend / ne comprend pas ».

 

Taille du groupe : 5 à 12 personnes.

 

Dates : 1 départ pour 2011. Autres dates sur demande.

  • Du 25 Mars au 02 Avril 2011.

 

Options : nous consulter.

  • Chambre individuelle (première nuit à Jokkmokk) :  +40TTC,
  • Pour un groupe de 6 personnes constitué, possibilité d'avoir votre équipement de raid transporté par une pulka tirée par des chiens de traîneau.

 

Extensions : nous consulter.

  • Nuits supplémentaires sur Lulea pour prolongation de votre séjour,
  • Activités sur Jokkmokk le 1er jour (dont la sortie nocturne en moto-neige à la découverte des aurores boréales).

 

Le prix comprend :

  • les vols et taxes d’aéroport,
  • les transferts aéroport-hôtel,
  • la pension complète : 2 nuits à Jokkmokk et 6 nuits dans des cabines d’hiver au cours du raid à ski, pension complète (exceptés le dîner du 1er jour et le lunch du 9ème jour),
  • une paire de ski de randonnée nordique pour chaque participant, une pulka et tout l'équipement de sécurité,
  • votre guide professionnel qualifié,
  • Votre Carnet de voyage.

Le prix ne comprend pas :

  • les Frais de dossier (15€),
  • les Assurances voyage,
  • vos dépenses personnelles,
  • toute prestation non précisée dans « Le prix comprend ».

 

 

Galerie photo