Activateur de Voyages
Nous rejoindre sur Facebook

Safari en traîneau à rennes au pays Sami

Descriptif :

Un court séjour en Laponie suédoise pour profiter des bienfaits et des plaisirs de la découverte. Pour celles et ceux qui aiment le silence des étendues sauvages et les balades tranquilles, ces 4 jours sauront vous combler.

Nous vous proposons, au sein de ce voyage, 2 jours de conduite de traîneau à rennes à travers les forêts enneigées et les lacs gelés. Avec votre guide Sami, parfait connaisseur de ces contrées isolées et sauvages, ce sera une belle rencontre avec le peuple Lapon et une découverte de leur mode de vie.

Ce safari en Laponie suédoise étant très prisé, nous vous recommandons de réserver le plus tôt possible votre départ...

 

Les points forts :

  • l’expérience de la conduite du traîneau à rennes, fidèles compagnons des Lapons,
  • la beauté et l’immensité de la Laponie suédoise,
  • le spectacle de la nuit polaire et des aurores boréales, flamboiement de couleurs.

 

L’avis d’Energy Trip : notre philosophie...

Si vous souhaitez découvrir lors d’un court séjour les beautés de la nature Lapone, ces 4 jours répondront à vos attentes. Loin du tourbillon de la ville, vous apprécierez la sérénité et la douceur d’une balade en traîneau à rennes. Pour les amoureux de la tranquilité…

 

Conseil Boutique :

Pour ce voyage, nous vous conseillons la lampe frontale Petzl modèle Tikka xp et les jumelles Wildlife 8x24 de la renommée marque Steiner.

 

Demandez votre carnet de route

Carnet de route

Votre voyage au jour le jour :

Déroulement du Séjour: 4 jours/ 3 nuits. Ce circuit peut tout à fait être étendu avec quelques nuits avant ou après sur Kiruna, contactez-nous pour une demande sur mesure de votre séjour en Laponie.

 

*Jour 1/ Arrivée.

Arrivée à l’aéroport de Kiruna, vous rejoignez votre hôtel pour votre première nuit en terres lapones…

 

*Jour 2/ Départ du safari.

Après votre petit-déjeuner, votre guide vous accueillera à l'hôtel et vous conduira jusqu'à Sautosjohka, près du petit village de Jukkasjärvi. Vous y rencontrerez alors les rennes avec lesquels vous allez partir en safari sur les 2 jours qui viennent.

Votre guide vous indiquera la manière de conduire un traîneau à rennes, puis, paquetages faits, chacun sur son traîneau tiré par 1 ou 2 rennes, vous traverserez forêts et étendues enneigées avant de prendre un lunch préparé sur un feu de bois. Votre guide Sami profitera de cette halte pour vous conter l'histoire de son peuple et de son mode de vie ancestral.

Le lunch terminé, vous repartez en traîneau pour rejoindre votre halte pour la nuit, une "cabine d'hiver" comme on les appelle par ici.

Le soir venu, vous pourrez profiter d’un sauna mérité suivi, pour les plus courageux, d’une baignade dans un trou fait dans la glace. Le dîner viendra et vous pourrez savourer le calme d’une nuit étoilée, peut-être éclairée par une aurore boréale.


*Jour 3/ Le safari continue...

Une fois votre petit-déjeuner pris, vous repartez en safari avec votre traîneau à rennes en direction de la forêt où vous prendrez le lunch du midi, sur un feu dressé. Le reste de la journée sera consacré au retour vers le cottage pour profiter une nouvelle fois d’un agréable sauna, après avoir bien sûr auparavant défait les traîneau et l'équipement de vos fidèles compagnons.

Le soir venu, c'est un dîner typique Sami qui vous attend dans une tente lapone. Assis sur des peaux de rennes autour d'un feu crépitant, vous écouterez avec plaisir les détails de la vie au jour le jour d'un gardien de rennes.

 

*Jour 4/ Retour en traîneau à chiens.

Après votre nouveau petit-déjeuner en terres lapones,vous irez à la rencontre, sur la rivière gelée, de votre guide de chiens de traîneau.

Car pour profiter une dernière fois des belles sensations de la Laponie, nous avons prévu un transfert à l'aéroport de Kiruna en traîneau à chiens.

Vous pourrez alors dire au revoir à la Laponie suédoise, les images de sa beauté en mémoire…

 

Informations pratiques

Lieu et durée :

Séjour à Sautosjohka, près de Kiruna en Laponie suédoise. L’hébergement en pension complète se fait sur 3 nuits. La durée complète est de 4 jours / 3 nuits.

Les vols de départ et de retour se font entre Paris et Kiruna (Suède). Si vous souhaitez partir d’une autre ville ou d’un autre pays, contactez-nous par contact@energy-trip.com.

 

Niveau physique :

Ce séjour est accessible à toute personne en condition physique normale.

 

Equipement : comme sur tous nos circuits hivernaux, une check-list vous sera fournie avant votre départ pour le grand nord.

Avant le départ, votre guide vous aura expliqué et fournit tout l’équipement « grand froid » nécessaire pour vivre pleinement et au chaud, votre safari en traîneau à rennes (veste chaude ou combinaison, chaussures, chaussettes, gants, bonnet).

Nous vous recommandons néanmoins de venir avec des vêtements chauds (sous-vêtements, chaussettes, sous-gants, pull en polaire, …), sans oublier vos jumelles et votre appareil photo, la faune que vous apercevrez et les paysages en valent vraiment la peine…

Et n’oubliez pas de faire un détour par notre Boutique en ligne, notre sélection de produits dédiés au voyage est là pour répondre à vos besoins en matériel de qualité.


La Laponie Suédoise  - La Culture Lapone - L'Or - Le Kuksa - Les Rennes et les caribous :

Laponie, région s'étendant dans le nord de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et sur la presqu'île de Kola en Russie. Sa superficie est d'environ 400 000 km2. La majeure partie de la Laponie se situe au nord ducercle polaire arctique. La partie occidentale est une région de fjords, de vallées encaissées, de glaciers et de montagnes, le sommet le plus haut — le mont Kebnekaise — culminant à 2 111 m en Laponie suédoise. Plus à l'est, se situe un plateau peu élevé, renfermant de nombreux marécages et lacs, le plus important étant le lac Inari, en Laponie finnoise. La région située à l'extrême Est est recouverte de toundra. Le climat est arctique et la végétation clairsemée, à l'exception du sud, planté de forêts denses. La Laponie détient de précieux gisements miniers, notamment du minerai de fer en Suède, du cuivre en Norvège, et du nickel et de l'apatite en Russie. La faune est essentiellement constituée de rennes, de loups, d'ours ainsi que d'oiseaux de terre et de mer. La pêche en mer et en rivière est très pratiquée dans la région. Des bateaux à vapeur fonctionnent sur certains des lacs et quelques ports sont libérés des glaces toute l'année.

La plupart des habitants de la Laponie sont des Sami (Lapons) parlant une langue d'origine finno-ougrienne connue aussi sous le nom de Sami.

Environ un tiers des Sami sont des nomades qui vivent l'hiver à l'intérieur des terres et l'été sur la côte. D'autres Sami vivent de façon permanente en différents endroits de la côte et des fjords, beaucoup se sont installés dans des villages à l'entrée des vallées ou sur des lacs poissonneux. Les Sami vivent essentiellement en Norvège, où ils sont appelés Finns. Leur activité principale est la garde des troupeaux de rennes dont ils tirent à la fois leur nourriture et leurs vêtements ; ce sont aussi des chasseurs et des pêcheurs. Les Sami ont été envahis par les Scandinaves au IXe siècle et par les Russes au XIe siècle. Entre le XIIIe et le XVIIe siècle, ils furent soumis à l'autorité suédoise.

Rovaniemi, qui compte 35 081 habitants, est le chef-lieu administratif de la Laponie. Les autres villes lapones sont Kemi, Tornio et Kemijärvi.

 

La culture lapone a reçu des influences de l’Est, de l’Ouest, du Nord et du Sud. Elle comprend des éléments des cultures same, finlandaise, suédoise, norvégienne, et même russe. L’époque des grands abattages des forêts et de la ruée vers l’or y ont ajouté du piment.

La vaste étendue de la Laponie fait que les différences culturelles y sont grandes. Dans l’ouest de la Laponie, l’étroite coopération interfrontalière séculaire avec la Suède a laissé sa marque dans les coutumes locales, dont nous pouvons citer le langage meän-kieli parlé des deux côtés de la frontière, les traditions de pêche et divers événements. Dans l’est de la Laponie, ce sont les travaux forestiers qui ont dicté les conditions de la vie. Les régions forestières inhabitées et les villages de Savukoski et de Salla rappellent encore les anciennes traditions d’abattage d’arbres. La culture same est l’une des caractéristiques les plus intéressantes du nord de la Laponie.

La culture lapone a reçu des influences de l’Est, de l’Ouest, du Nord et du Sud. Elle comprend des éléments des cultures same, finlandaise, suédoise, norvégienne, et même russe. L’époque des grands abattages des forêts et de la ruée vers l’or y ont ajouté du piment.

La vaste étendue de la Laponie fait que les différences culturelles y sont grandes. Dans l’ouest de la Laponie, l’étroite coopération interfrontalière séculaire avec la Suède a laissé sa marque dans les coutumes locales, dont nous pouvons citer le langage meän-kieli parlé des deux côtés de la frontière, les traditions de pêche et divers événements. Dans l’est de la Laponie, ce sont les travaux forestiers qui ont dicté les conditions de la vie. Les régions forestières inhabitées et les villages de Savukoski et de Salla rappellent encore les anciennes traditions d’abattage d’arbres. La culture same est l’une des caractéristiques les plus intéressantes du nord de la Laponie.

L’or !
La ruée vers l’or d’autrefois ajoute un côté fascinant à la culture lapone. L’orpaillage se faisait avec plus d’intensité au début des années 1900 et dans les années 1940. Cette activité économique est exercée encore aujourd’hui dans différentes parties de la Laponie.

La ruée vers l’or d’autrefois ajoute un côté fascinant à la culture lapone. L’orpaillage se faisait avec plus d’intensité au début des années 1900 et dans les années 1940. Cette activité économique est exercée encore aujourd’hui dans différentes parties de la Laponie. On peut s’initier à l’histoire et à la présence de l’orpaillage par exemple à Tankavaaran Kultakylä, Sodankylä, où se tient également en été le championnat de Finlande d’orpaillage. Tankavaara possède également un musée de l’or qui mérite bien la visite.

 

Kuksa, gobelet multi-usages traditionnel fabriqué dans les loupes d’arbres, est l’un des objets utilitaires lapons les mieux connus.

Le Kuksa est plus commode dans la nature que les gobelets en porcelaine ou en métal
Le succès du kuksa est dû à ce qu’il est facile à utiliser, léger et solide. Les Lapons trouvent que le café a meilleur goût lorsqu’on le prend devant un feu de camp dans un kuksa et non dans un gobelet en porcelaine ou en papier. La porcelaine ou le métal chaud peuvent brûler les lèvres, ce qui n’est jamais le cas avec un kuksa en loupe d’arbre. Comme un kuksa est utilisé des centaines ou même des milliers de fois, c’est un objet très écologique qui permet d’éviter l’usage excessif des objets jetables.

De nombreuses croyances sont liées au kuksa dans la tradition lapone. Par exemple, il ne faut jamais le laver, car la chance pourrait alors disparaître. Il est toutefois permis de le rincer dans les eaux limpides d’un ruisseau de montagne. Si le kuksa tombe dans l’eau, il flotte.

Avant le premier emploi du kuksa :
Verser une larme de café, de cognac, etc., dans le kuksa de manière à en recouvrir le fond. Le tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre de façon que le liquide monte jusqu’au bord du gobelet sans qu’il déborde. Boire le liquide. Refaire la même chose dans le sens des aiguilles d’une montre et boire de nouveau le liquide. Remplir alors le kuksa avec la quantité désirée.
Instructions pour le nettoyage :  nettoyer le kuksa avec un torchon humide. C’est tout.

 

Source : Office du Tourisme de Laponie :  www.laplandfinland.com.

 

Les rennes :

Le renne ou caribou (Rangifer tarandus) est un cervidé des régions arctiques et subarctiques de l'Europe, de l'Asie et de l'Amérique du Nord.

Il est appelé caribou en Amérique du Nord. Les plus grandes hardes de caribous sauvages se trouvent en Alaska et dans le nord du Québec et du Labrador. Le renne a été domestiqué, notamment dans le Nord de l'Europe où il sert d'animal de trait et de bât.

Description de l'espèce

Les rennes, ou caribous, doivent affronter le froid hivernal et les moustiques pendant l'été. Le principal prédateur est le loup qui suit de près les troupeaux; les ours noirs, brun et polaire représentent aussi une menace. La période de rut se situe en octobre et occasionne des luttes entre mâles pour obtenir un harem de femelles.

C'est un animal robuste pouvant peser jusqu’à 200 kg. Son pelage peut être brun ou gris, sa queue est courte. Les poils sont vides comme un tube et en font un excellent nageur en plus de l'isoler du froid. Mâles et femelles portent des bois recouverts d'un velours l'été, qu'ils perdent à l'automne. Les bois prennent alors une teinte rouge et puis brun foncé. Les vaisseaux sanguins des bois contribuent à cette coloration. Le panache des mâles tombe au début de l'hiver et celui des femelles plus tard au printemps. Les sabots sont larges, adaptés à la marche dans la neige ou la boue des sols qui dégèlent, ainsi que pour la nage et du pelletage de la neige pour atteindre la nourriture l'hiver.

Le renne se nourrit d'herbes, de buissons, d'écorces et de lichens, qu'il doit parfois chercher sous la neige. En fonction des saisons, il doit effectuer de longues migrations dans la toundra pour survivre, n'hésitant pas à traverser fleuves et bras de mer.

C'est un animal doué d'une adaptation au fil du temps qui a su survivre aux différents changements climatiques car le renne a cotoyé le mammouth et le rhinocéros laineux. Ceci grâce à ses faibles exigences alimentaires, et à ses multiples adaptations pour pouvoir survivre en fonction du climat. Sa dépendance vis à vis du lichen n'est pas un problème car cette nourriture est présente sur Terre depuis très longtemps. Le lichen est une nourriture riche qui va fermenter dans le rumen de l'animal ce qui va dégager de la chaleur et réchauffer le renne, ainsi il n'aura pas besoin d'avoir une activité physique pour se réchauffer ce qui limite ses dépenses énergétiques.

Le fait de limiter ses dépenses énergétiques lui permet de survivre l'hiver en grande partie sur les réserves qu'il a accumulées durant l'été. Il s'économise lors de ses déplacements grâce à ses raquettes naturelles ses sabots très larges qui s'enfoncent peu. Les femelles gestantes et les jeunes conservent leur bois durant l'hiver pour avoir plus de facilités pour accéder à la nourriture car ceux-ci ont moins constitués de réserves que les mâles.

La gestation, qui a lieu durant tout l'hiver, va durer entre sept et neuf mois. Les deux mois sont en fait deux mois durant lesquels les mères peuvent stopper le développement du fœtus pour des questions de nourriture pas assez abondante. Donc celle-ci ne permettant pas la survie de la mère plus la croissance du fœtus, son développement est mis entre parenthèses. La mise bas sera donc d'autant décalée. Lorsque le petit arrive à maturité, la mère pourra retarder de quelques jours la mise bas afin d'attendre des conditions climatiques idéales, pas trop chaud et pas trop de pluie, ceci pour augmenter les chances de survie du petit.

Les caribous

Il existe quatre sous-espèces de caribou en Amérique du Nord: le caribou de Peary (Rangifer tarandus pearyi), le caribou de Grant (Rangifer tarandus granti), le caribou de la toundra (Rangifer tarandus groenlandicus) et le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) à comportement migratoire.

Environ un million de caribous des bois vivent dans deux grandes hardes dans le Nord du Québec et au Labrador et traversent environ 2 000 kilomètres chaque année pour se nourrir. Un peu plus d'une centaine de bêtes survivent sur les hauts plateaux du Parc National de la Gaspésie, constituant la population la plus méridionale de l'espèce. Leurs passages détériorent la disponibilité alimentaire rapidement et ils doivent se déplacer constamment. Le caribou des bois sédentaire vit dans la forêt boréale, de l'Alaska jusqu’à Terre-Neuve.

Au cœur de l'été, près de 400 000 caribous broutent dans les plaines côtières gorgées d'eau qui bordent la mer de Beaufort, tout au nord de l'Amérique. Les femelles s'y rendent sans les mâles. Elles font ainsi leurs petits loin de la plupart des loups qui craignent les sols détrempés. Leur cycle est synchronisé par celui de la toundra.

Sitôt que son petit est né, généralement unique, la mère dévore avidement le placenta qui l'enveloppait. Elles récupèrent ainsi des éléments nutritifs et des hormones qui vont déclencher sa lactation. Elle passe les premiers jours en tête à tête avec le nouveau-né, le léchant et l'allaitant à l'écart du troupeau. Dans la toundra, une escorte de séducteurs accompagne le retour des génitrices.

Au début de l'hiver, des montagnes à l'océan glacial, le troupeau fuit chaque année la faim et les loups par les mêmes sentiers battus.

En été, les moustiques obligent le troupeau à galoper.

Les Guich'in tuent les caribous et en tirent 75% de leurs protéines.

Répartition géographique

De nombreuses sous-espèces sont réparties d'une manière étendue dans l'hémisphère nord sachant que la variété la plus septentrionale se trouve dans l'Île Svalbard.

On en trouve aussi des populations en Asie centrale (où il est utilisé comme bête de trait, comme en Laponie) ainsi qu'au Canada dont le climat lui convient parfaitement.

Le renne et l'homme

Le renne constituait déjà une proie de choix pour l'homme de Néandertal, puis pour l'Homme de Cro-Magnon. Ce dernier le représente parfois dans les peintures pariétales ainsi que sur les outils et les objets du Paléolithique supérieur. Aujourd'hui encore, les rennes sont chassés dans de nombreuses régions du monde, notamment pour leur viande et pour leur fourrure. Dans les régions où les gros animaux sauvages, les plantes à fibres et les matériaux de construction font défaut, les hommes ont longtemps utilisé presque toutes les parties du renne, y compris les os comme outils.

On ne sait pas quel peuple a domestiqué le renne en premier. Ce savoir-faire a été transmis de la Sibérie à la Scandinavie autour de l'an 1 000 avant Jésus-Christ. Ce sont les Sames qui ont pratiqué l'élevage du renne en Scandinavie, et le font d'ailleurs encore aujourd'hui. Pour les Sames, que certains appellent "Lapons", l'élevage du renne est une activité ancestrale fondamentale. En Norvège et en Suède, c'est un privilège des Sames, alors que les Finlandais le font aussi en Finlande. Les rennes peuvent aller et venir librement, ce sont les hommes qui les suivent. Les bêtes sont rassemblées quelquefois au cours de l'année pour marquer les jeunes ou tuer quelques animaux. Le rassemblement des troupeaux est pratiqué aujourd'hui à l'aide d'hélicoptères et de moto-neiges.

La domestication du renne a été introduite au Groenland, en Alaska et au Canada au cours du vingtième siècle seulement. Dans ces régions, les rennes avaient été uniquement chassés jusque là. Les Îles de Géorgie du Sud ou Kerguelen abritent aujourd'hui également des populations acclimatées de rennes, retournées à la vie sauvage.

Et selon la tradition populaire, le traîneau du Père Noël est tiré par des rennes…

Source : Wikipédia.

 

 

Tarifs : Ce safari en Laponie suédoise étant très prisé, nous vous recommandons de réserver le plus tôt possible votre départ...

 

Le prix TTC par personne est à partir de 1 850 €, départ depuis Paris. Pour un départ depuis une autre ville, un autre pays, nous consulter.

Les prix sont en Euros, TTC et susceptibles d’être modifiés sans préavis. Ils comprennent notamment les taxes aéroportuaires mais sont hors frais de dossier (+15€/personne). Voir ci-dessous « Le prix comprend / ne comprend pas ».

 

Dates : circuit réalisable du 09/12/2010 au 31/03/2011.

Ce circuit peut tout à fait être étendu avec quelques nuits avant ou après sur Kiruna, contactez-nous pour une demande sur mesure de votre séjour en Laponie.

 

Taille du groupe :

De 2 à 8 personnes.

 

Options & Extensions possibles : nous consulter

  • Chambre individuelle (1ère nuit) :  +50TTC.
  • nuit supplémentaire à Kiruna, avant ou après le safari en traîneau (pour prolonger votre séjour et profiter des multiples activités disponibles),
  • nuit à l'Icehotel de Kiruna.

 

Le prix comprend :

  • les vols et taxes d’aéroport,
  • les transferts aéroport-lodge,
  • la pension complète : l’hébergement en pension complète (du dîner du 1er jour au petit déjeuner du dernier jour),
  • le prêt de vêtements chauds pour le safari en traîneau à rennes,
  • un attelage de 1 à 2 rennes par participant,
  • votre guide Lapon,
  • votre Carnet de voyage.

 

Le prix ne comprend pas :

  • les Frais de dossier (15€),
  • votre Assurance voyage,
  • vos dépenses personnelles,
  • toute prestation non précisée dans « Le prix comprend ».

 

L'Icehotel :

L'hôtel le plus célèbre de Laponie vous attend : au choix, vous pourrez dormir au chaud dans une charmante chambre scandinave ou vous pourrez vous essayer aux chambres de glace de cet hôtel unique… A essayer absolument…

Au réveil, après un verre de jus de lingonberry chaud (spécialité lapone), vous aurez droit à un sauna matinal suivi d'un excellent petit-déjeuner. En fin de matinée, transfert vers l'aéroport, il est l'heure de renter... A bientôt en terre lapone !

 


 

 

Galerie photo